Sciences Humaines et Sociales

  1. Accueil
  2. Sciences Humaines et Sociales

Pourquoi s’intéresse-t-on à ce domaine chez Yncréa Méditerranée ?

L’origine et l’objectif du RASSCAS (Recherche Appliquée en Sciences Sociales pour Concevoir une Anthropocène Soutenable)

Depuis 1950, nous sommes entrés dans « l’Anthropocène », une ère géologique dans laquelle le principal levier de transformation des équilibres biologiques et chimiques du système Terre est l’activité humaine (Crutzen, 2002).
Or, cette activité humaine est profondément impactée par les Technologies de l’Information et de la Communication (TIC). Il est donc essentiel de concevoir des TIC et de penser leurs usages et leurs évolutions dans des limites sociales et écologiques acceptables pour préserver un espace sûr et juste pour la paix et la vie (Raworth, 2017).

C’est pour répondre à cet enjeu que nous avons créé le RASSCAS, laboratoire trans-disciplinaire en sciences techniques, humaines, économiques et sociales. Ce laboratoire est impliqué à chaque étape de la formation des ingénieurs de l’ISEN Yncréa Méditerranée.

En quoi consiste cette thématique de recherche ?

Prospective et imaginaire pour les TIC

Les trajectoires technologiques actuelles sont enfermées dans un paradigme obsolète, celui du développement sans fin de l’innovation technologique per se, avec toujours plus de capteurs, de performance, de puissance, de consommation de matières rares et d’énergie, mais aussi plus de charge mentale, de sollicitations, et de contrôles du côté des utilisateurs.

Dans le contexte de l’Anthropocène, on devra réhabiliter l’ancienne idée du progrès humain, fondé sur le mieux, le bien (bien être, bien veillant), le soin, la solidarité. Sur cet axe, nos travaux portent sur la prospective et la créativité, pour imaginer des récits du futur fondés sur des technologies désirables, faisables et soutenables.
Cette construction d’un nouvel imaginaire technologique à plus long terme est une tâche collective, réalisée avec la société civile, les utilisateurs, les entreprises, et les territoires autour de nous.

Innovation et TIC positives

Historiquement, l’essor des TIC a eu lieu au travail, pour automatiser les tâches administratives, les échanges de données, ou pour des projets scientifiques. Avec l’arrivée de l’Internet et des technologies mobiles, les TIC ont envahi les secteurs des loisirs, de la coopération, du divertissement et plus récemment, de l’apprentissage ou encore de la santé.

Les TIC sont devenues ubiquitaires et sont désormais imbriquées dans la plupart des activités humaines. Elles ont ainsi acquis un formidable pouvoir de transformation sur la société, pour le pire et le meilleur.
Employées avec conscience, les TIC sont un levier pour penser des processus bénéfiques, comme par exemple la protection de la biodiversité, la transition énergétique, la transition écologique des entreprises ou encore l’inclusion des plus faibles.

Le RASSCAS veut explorer le potentiel des TIC pour concevoir des innovations à impact positif, pour une Anthropocène plus sûrs et plus juste.

Comment réalise-t-on cette R&D ?

Conception et ingénierie des TIC

Depuis les années 2010, les méthodes de conception des TIC centrées sur les utilisateurs (UX Design, Design Thinking, CoDesign, Ethnographie, etc.) ont connu un essor sans précédent. Cependant, ces méthodes de conception n’intègrent pas de façon explicite les contraintes de l’Anthropocène et peuvent être utilisées pour créer des technologies et des usages péjoratifs pour l’environnement et l’équité sociale.

Dans ce domaine, le RASSCAS contribue à créer des outils de conception qui prennent en compte la préservation de l’espace sûr et juste, en enrichissant les méthodes actuelles de conception, qui ne peuvent plus être seulement centrées sur la satisfaction de l’utilisateur, et doivent incorporer aussi la préservation du vivant et des règles d’éthique pour la planète.
Ces méthodes deviendront des pièces essentielles de la boîte à outils des ingénieurs de l’Anthropocène.

Crutzen, P. J. (2002). Geology of mankind. Nature, 415(6867), 23. https://doi.org/10.1038/415023a

Raworth, K. (2017). A Doughnut for the Anthropocene: humanity’s compass in the 21st century. The Lancet Planetary Health, 1(2), e48–e49. https://doi.org/10.1038/415023a

Qui travaille dessus ?

Jean-Michel ROLLAND

Jean-Michel ROLLAND

Responsable d'activité

Agnès LAVILLE

Agnès LAVILLE

Directrice Générale | Enseignante-chercheuse

Charline DELLES

Charline DELLES

Enseignante-chercheuse

Guillaume PÉROCHEAU

Guillaume PÉROCHEAU

Enseignant-chercheur

Jean-Philippe PIERRE

Jean-Philippe PIERRE

Enseignant-chercheur

Quelques projets réalisés