PIA
Safecity
  1. Accueil
  2. Projets
  3. Safecity

Date de début

01/02/2018

Date de fin

31/01/2021

Coût global du projet

22 979 000 €

Descriptif

Le développement des villes ne cesse de s’accélérer avec l’urbanisation galopante à la surface du monde. En plus de la population grandissante, les villes doivent faire face à des menaces de plus en plus importantes, à la fois liées aux risques naturels – dont le dérèglement climatique est une composante de plus en plus forte – et aux risques d’origine humaine, dont la criminalité et le terrorisme qui se développe dans toutes les régions du monde. En parallèle, le développement des technologies permet aux villes d’accéder à de nouveaux moyens leur permettant d’accéder au rang de villes intelligentes.

Objectifs

Yncréa Méditerranée est impliquée dans le lot 6 du projet.

Les partenaires du lot 6 vont développer un socle technique d’analyse de sécurité et de gestions des alertes et des pré-alertes au sein des établissements scolaires. Ce socle sera intégré dans la plateforme SafeCity pour permettre à la commune (ici la ville de Nice) d’avoir une vision globale de son territoire et de pouvoir recouper les informations provenant de chaque entité (école, espace public, trafic, routier, PCU, etc.). La commune pourra ainsi mieux réagir aux signaux faibles, anticiper les éventuels problèmes (agression, attentat, etc.) tout en optimisant l’organisation dans l’éventuelle intervention de ses forces de l’ordre.
La solution technique proposée dans le lot 6 sera réellement innovante, modulaire et adaptable au contexte propre à chaque site scolaire ; elle offrira une flexibilité aux décideurs quant aux choix des fonctions qu’ils souhaitent implémenter dans leurs établissements scolaires. Ce choix devrait être sous la responsabilité de chaque directeur d’école.  Les intervenants du lot 6 ont été sélectionnés de manière à traiter la sécurisation aux abords des établissements et au sein des établissements eux-mêmes (cours, pré-hauts et intérieurs de bâtiments classes incluses). Le savoir-faire de chaque partenaire permettra la réalisation d’un socle innovant adapté à la législation en vigueur, respectant les libertés individuelles de chacun tout en répondant aux besoins de sécurité renforcée des communes pour leurs infrastructures scolaires.
L’objectif est de démontrer que ce socle technique permet des avancées importantes pour répondre aux enjeux de la sécurisation des écoles :
  • Accès sécurisé et renforcé à l’établissement scolaire
    • Système de la gestion de sécurité ayant une architecture modulaire reposant sur des interfaces définies conjointement, définition et mise en oeuvre de protocoles et standards permettant l’analyse et les échanges sécurisés de données,
    • Définition et mise en œuvre d’objets communicants portables intelligents pour chaque catégorie d’individus accédant au sein de l’établissement scolaire (élèves, enseignants, agents de police, agents d’entretien, parents, etc.), objets à même d’interagir avec l’architecture modulaires mise en place,
    • Réalisation d’un Portail Intelligent permettant l’identification des personnes pénétrant dans l’enceinte de l’école et d’informer en temps réel le système pour une gestion spécifique à chaque cas envisagé (personnel professionnel de l’établissement, élève, personne habilité, personne inconnue).
    • Réalisation d’une Porte intelligente pour les classes capable de déterminer en temps réel le nombre et la qualité des personnes présentes (élèves, enseignants, intervenants…). Ce système de comptage sera doublé dans le démonstrateur du comptage manuel classique (appel), et comptage vidéo anonymisé
  • Mise en œuvre de l’ensemble des étapes de surveillance de l’établissement scolaire
    • Mise en œuvre d’un outil automatisé de l’analyse comportementale (chute, port d’arme, course panique, etc.) intra-muros de l’établissement par type d’individus,
    • Mise en œuvre d’un système de géolocalisation effectif pseudo anonyme interactif respectant les droits de chacun en période normale mais basculant en mode non anonymisé lors d’alertes avérées,
    • Réalisation d’un outil de détection et d’analyse des sons perçus selon une classification pertinente (coup de feu, bombe, cris, jeux d’enfant, etc.),
    • Gestion intelligente des pré-alertes et des alertes pour éviter le déclenchement de fausses alertes tout en permettant d’anticiper d’éventuels risques,
    • Définition de boutons intelligents d’alerte avec déclenchement appropriée de l’alerte et diffusion de messages collectifs ou personnels bidirectionnels entre le personnel de l’école et les services de police,
    • Renforcement de la sécurité autour de l’école
    • Mise en place d’une détection vidéo offrant des capacités de masquage ou floutage des visages avec analyse automatisé du flux vidéo et remontées d’alertes et pré-alertes,
    • Mise en œuvre d’un système d’analyse comportementale extra muros de l’établissement permettant d’anticiper les éventuels risques.
    • Reposant sur des outils technologiques innovants améliorant la sécurité et la qualité d’usage
    • Avancée sur plusieurs technologies (biométrie dans le spectre invisible, analyse d’image, traitement du signal, cryptographie, etc.),
    • Sécurisation de la données (stockage, transmission, accès) afin de préserver la vie privée de chacun et d’offrir une solution modulaire compatible avec les exigences réglementaires et juridiques.
  • Ergonomie des interfaces exposées aux utilisateurs avec un accent particulier sur l’usage au sein de l’école.

 

Partenaires

Principaux enseignants-chercheurs impliqués

Thibaut DELERUYELLE

Thibaut DELERUYELLE

Responsable d'activité

Ghislain OUDINET

Ghislain OUDINET

Responsable d'activité

Stéphane VERA

Stéphane VERA

Directeur de la R&D

$

Directeur du projet

Amaury AUGUSTE

Amaury AUGUSTE

Enseignant-chercheur

Benjamin CHALANT

Benjamin CHALANT

Enseignant-chercheur

Benoît SOLOCH

Benoît SOLOCH

Enseignant-chercheur

Éric SERRE

Éric SERRE

Fablab Manager

Des chercheurs d’Yncréa Ouest sont également impliqués dans ce projet, parmi eux :

  • Ayman AL FALOU
  • Marwa EL BOUZ
  • Wissam KADDAH
  • Ehsan SEDGH GOOYA

Plus de détails

Face au développement des risques et des menaces, la filière des industries de la sécurité, le COFIS, a identifié des axes de développement de nouveaux moyens pour assurer la sécurité des villes intelligentes. L’un des points est d’améliorer la coopération de l’ensemble des acteurs de la sécurité en développant leur collaboration – c’est le Waze de la sécurité. Pour permettre de mieux évaluer chaque situation et pour pouvoir anticiper les incidents et les crises, il est aussi nécessaire de collecter le maximum de données existantes et d’en chercher les corrélations et les signaux faibles – c’est le big data de la sécurité, tout en garantissant la sécurité de ces données.

Le projet Safe City s’inscrit totalement dans les axes identifiés par le COFIS en accélérant le développement des solutions permettant de renforcer la sécurité des villes intelligentes, et en particulier sur les axes suivants :

  • Les données: au-delà de la collecte massive de données et de leur gestion, le projet a pour ambition de développer les nouveaux algorithmes d’analyse et de corrélation permettant de mieux comprendre une situation et de développer les capacités prédictives. Le projet permettra aussi de représenter clairement les informations utiles au bon moment pour rendre la décision plus efficace. Ces représentations seront développées dans des KPI sur des tableaux de bord, ou de nouvelles représentations graphiques adaptées aux données de sécurité. Certaines de ces données seront exploitées dans un simulateur de foules afin de permettre leur extrapolation dans une vision d’analyse prédictive. Enfin, le projet Safe City intégrera de nouvelles sources de données, telles les sources ouvertes en provenance des réseaux sociaux, les informations en provenance des citoyens et les données d’analyse des flux vidéo, en particulier ceux qui équipent les voies de circulation.
  • La vue de situation partagée: depuis toujours, la vue cartographique est un élément de base pour les applications de commandements. Dans le cadre  de la solution Safe City, ce composant fera l’objet de développements particuliers pour lui intégrer les nouvelles technologies permettant en particulier une gestion fluide et efficace de la 3D, et l’affichage et l’animation d’un très grand nombre d’information. L’intégration d’une vue vidéo dans la représentation cartographique sera aussi étudiée pour donner à l’utilisateur une bien meilleure compréhension de ce qui se passe sur le terrain. Enfin, en lien avec l’axe « données », des représentations seront développées pour inclure les résultats des analyses de données sur la vue cartographique (par exemple des cartes de chaleur).
  • La collaboration : enjeu fort du Waze de la sécurité, la collaboration des acteurs de la sécurité passe d’abord par un échange de données. Ces données sont critiques et leur partage ne peut pas être réalisé sans garantir la sécurité sur l’accès à ces données : la position des forces de sécurité ne doit pas être divulgué aux terroristes. Le projet mettra en place les solutions permettant ce partage sûr des données, avec des niveaux de visibilité qui pourront évoluer en fonction du niveau de crise géré. En complément du partage des données, la solution Safe City permettra aussi de voir comment ces données peuvent être partagées avec les équipes sur le terrain, dans les centres de commandement mobiles et avec les patrouilles connectées.
  • La compétitivité des solutions : en plus des axes opérationnels traités ci-dessus, le projet Safe City visera à garantir que les solutions développées sont compétitives. Ce point est important d’une part pour garantir aux villes une solution efficace et accessible en termes de coûts, et pour permettre aux acteurs de la filière d’exporter ces solutions à l’international. L’un des points d’attention est en particulier les standards et normes permettant de faciliter l’interopérabilité. Parmi les autres points d’attention on trouvera aussi la modularité, la déployabilité, la maintenabilité et la scalibilité.

En termes de réalisation, le consortium prévoit de développer une première version du système, appelé démonstrateur dans la suite. Le démonstrateur sera mise en œuvre sur 3 ans dans le quartier d’affaires de la Défense et en environnement urbain à Nice. Trois expérimentations seront réalisées sur chaque site au cours du projet, une par an, et intégreront progressivement l’ensemble des fonctions envisagées, en prenant en compte au fur et à mesure le retour des opérationnels.

Sur le site de la Défense, les expérimentations seront l’occasion de mettre en place et de tester un modèle d’affaire nouveau avec une plate-forme mise à disposition des acteurs en mode SaaS (cloud privé). Sur ce modèle d’affaire, les parties prenantes de la zone d’activité s’abonnent à la plate-forme pour avoir des services étendus leur permettant d’être plus efficaces dans la gestion de la sécurité, en particulier en anticipant des incidents sur leur zone de responsabilité en prenant connaissance d’informations provenant de l’extérieur de cette zone. Le partage contrôlé d’information profite à toutes les parties prenantes.

À Nice, la mise en œuvre des 3 étapes du démonstrateur permet de bénéficier d’une part d’un retour opérationnel très important pour l’orientation des développements, et d’autre part de bénéficier d’une grande exposition internationale: Paris, Marseille, Nice et Cannes sont les villes françaises les plus connues dans le monde. La possibilité de faire visiter la solution Safe City mise en œuvre à Nice est un support commercial très important dans le marketing de l’offre sur la scène internationale.

Résultats obtenus